Pourquoi ma ruche est-elle morte en hiver ?

Table des matières

Pourquoi ma ruche est-elle morte en hiver ?

240 F 593401688 nObhKsqNe2qrNtZKZkKbneGBDXL6zWui

La perte de colonies d’abeilles est un drame pour tout apiculteur. Il est particulièrement pénible d’avoir l’impression d’avoir fait tout ce qu’il fallait, mais de perdre quand même des ruches et des essaims d’abeille. La période la plus difficile pour les abeilles est celle des mois froids de l’hiver. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les ruches meurent en hiver. Certaines d’entre elles peuvent être surmontées grâce à de bonnes pratiques apicoles. Cependant, la vérité est que nous ne savons pas toujours ce qui a mal tourné. Cela nous incite à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour donner à nos colonies d’abeille la meilleure chance possible.

Une ruche en bonne santé avec de bonnes réserves de miel devrait être capable de maintenir les abeilles et la reine buckfast jusqu’au printemps. Une partie importante de la bonne gestion des ruches est de s’assurer que vous avez fait votre part pour que vos colonies d’abeille soient prêtes avant l’arrivée du froid.

Plus nous apprenons de choses sur les abeilles, moins nous en savons. C’est du moins ce qu’il semble parfois. Cependant, lorsque nous examinons les problèmes courants dans les ruches qui meurent en hiver, nous constatons que certains facteurs sont communs.

  • Des températures très froides
  • Une petite population d’abeilles
  • Famine de la colonie d’abeille
  • Manque de nourriture adéquate pour la ruche
  • Condensation à l’intérieur de la ruche, ventilation insuffisante
  • Quantité trop élevée de varroa dans la ruche

Les températures froides jouent un rôle dans la mort de certaines ruches en hiver. Dans les régions où les hivers sont longs, les apiculteurs doivent apprendre à hiverner correctement leurs ruches.

Les abeilles et reines buckfast sont des insectes à sang-froid. Si leur température corporelle baisse trop, elles deviennent léthargiques et incapables de bouger. Si les abeilles et la reine buckfast ne se réchauffent pas rapidement, elles mourront.

Une colonie en bonne santé, avec une bonne population d’abeilles ouvrières et suffisamment de nourriture, peut survivre aux mois froids sans problème.

Les abeilles et la reine buckfast survivent à l’hiver en formant une grappe d’abeilles à l’intérieur de la ruche. Elles consomment de la nourriture et produisent suffisamment de chaleur pour maintenir leur température corporelle à un niveau supportable.

Mais même dans le meilleur des cas, une saison froide et très humide peut entraîner la mort d’un plus grand nombre d’essaims d’abeilles qu’au cours d’une année normale.

 

Mortalités hivernales dues à la petite taille de la colonie d’abeilles

winter 1255949 1280

Comme les abeilles se reproduisent de manière cyclique, les populations des essaims varient tout au long de l’année. Les populations d’abeilles les plus importantes de la fin du printemps et de l’été disparaissent au profit de populations d’abeilles hivernales plus petites, mais qui restent en vie tout l’hiver jusqu’au printemps.

Il s’agit d’un comportement normal des abeilles, principalement lié à la génétique de la reine buckfast. Certaines races d’abeilles hivernent en groupes plus importants comme les reines buckfast et ligustica, tandis que d’autres ont naturellement moins d’ouvrières dans la ruche d’hiver.

Cette situation présente des avantages et des risques. Une grande population d’abeilles est un atout pour créer la chaleur nécessaire à la survie de l’essaim pendant l’hiver. Cependant, les abeilles auront besoin de plus de nourriture pour tenir jusqu’au printemps, sous peine de mourir de faim.

Une colonie d’abeilles avec une très petite population risque de ne pas pouvoir survivre aux températures froides de l’hiver. En cas de vague de froid, certaines abeilles de l’enveloppe extérieure de la grappe peuvent mourir.

Si une nouvelle vague de froid arrive immédiatement, la colonie d’abeilles tente de survivre avec moins d’abeilles qu’auparavant. Lorsque cette situation se répète, elle pèse sur la population et peut entraîner la mort hivernale de petites colonies d’abeilles.

 

La famine généralement due à un manque d’accès à la nourriture

Plus de colonies d’abeilles meurent de faim en hiver que de toute autre cause. Est-ce que je veux dire que les abeilles n’ont pas eu assez de miel ou de sirop pour tenir jusqu’au printemps ? Oui, c’est souvent le cas.

Mais une colonie d’abeilles peut mourir de faim avec des cadres de miel dans la ruche ! Normalement, le bord extérieur de la grappe reste en contact avec les cadres de miel stockés. Pendant les mois froids, la grappe d’abeilles se déplace lentement pour rester en contact avec la nourriture.

Une grappe plus importante (population plus nombreuse) dispose de l’énergie (chaleur) nécessaire pour se déplacer à des températures plus fraîches qu’une petite grappe d’abeilles. Si une vague de froid prolongée empêche les abeilles de se déplacer vers les réserves de miel, elles deviennent incapables de produire de la chaleur et gèlent sur place.

Elles meurent de faim sur place, sur le rayon, généralement la tête coincée dans les alvéoles. Oui, vos abeilles peuvent mourir avec une ruche pleine de miel, mais juste hors de portée.

 

Pourquoi la grappe d’abeille ne bouge pas dans la ruche ?

240 F 410979185 eC63nFdf78lB4fvq9WIhbusOwuBe6DSa

La grappe d’abeille d’hiver est formée par des milliers d’abeilles qui se rapprochent les unes des autres dans la ruche. Elles créent de la chaleur en faisant vibrer leurs muscles.

Leur chaleur corporelle partagée est capable de réchauffer la grappe suffisamment pour maintenir les abeilles en vie, mais pas assez pour chauffer tout l’intérieur de la ruche. Les jours plus chauds permettent à la grappe de se déplacer près des rayons de miel.

En plus du temps très froid et d’une petite population d’abeilles, il existe une autre raison pour laquelle les abeilles ne se déplacent pas vers la nourriture. Si elles ont du couvain ou des larves d’abeilles au centre de la grappe, elles ne quitteront souvent jamais le couvain pour atteindre le miel et mourront sur place, car elle reste sur place pour élever et garder au chaud le couvain.

Que peut faire l’apiculteur ? Nous ne pouvons pas contrôler l’endroit où la grappe d’abeille se déplace ou non. Cependant, nous pouvons nous assurer que nos ruches sont bien nourries avant l’hiver.

Trop d’humidité à l’intérieur de la ruche en hiver est un problème sérieux. 

En réalité, certaines régions de France ont plus de problèmes de condensation que d’autres. C’est un autre exemple où le climat joue un rôle dans la gestion des colonies d’abeilles.

D’où vient cet excès d’eau ? Une grappe d’abeilles vivantes, mangeant du miel et produisant de la chaleur, dégage de l’humidité. L’humidité chaude monte au sommet de la ruche.

Si la température extérieure est très froide, l’humidité peut se condenser sur la face inférieure du toit de la ruche. L’eau s’égoutte alors sur les abeilles. La plupart du temps, les abeilles peuvent supporter des températures froides. Mais des abeilles humides et froides sont des abeilles mortes.

Certains apiculteurs utilisent des isolants pour ce genre de problème pour leurs ruches et d’autres stratégies pour absorber l’humidité interne excessive de la ruche. Je n’ai pas eu besoin de le faire dans le Jura. Cependant, c’est peut-être quelque chose à envisager pour vos ruches si vous vivez dans une région humide et très froide.

 

Conseils pour réduire les pertes de ruches en hiver

Nous ne pouvons pas contrôler tous les aspects de l’apiculture. Mais voici quelques conseils pour vous aider à réduire les pertes de ruches en hiver.

C’est ici que je me fie à mon journal apicole et à mon carnet de notes. Il se peut que je ne me souvienne pas de ce que j’ai fait dans chaque ruche pour la préparation à l’hiver, mais mes notes me le rappelleront.

  • Contrôler le nombre de varroas pour maintenir les colonies en bonne santé
  • Évaluer la structure du couvain au début de l’automne
  • Remplacer les reines buckfast trop vieilles ou qui ne ponde pas assez.
  • Combiner les colonies d’abeilles avec de très petites populations avant l’hiver
  • S’assurer que les ruches sont bien approvisionnées en nourriture
  • Isoler les ruches si le climat l’exige, mais ne pas oublier la ventilation.
  • Vérifiez les réserves de nourriture de la ruche tout au long de l’hiver

Tout au long de la saison, et en tout cas bien avant l’hiver, effectuez des tests de comptage des varroas et traitez vos ruches si nécessaire. Dans les colonies où le nombre de varroas est élevé, les abeilles d’hiver ne sont pas en bonne santé et vivent moins longtemps.

Les abeilles nourricières des ruches ne sont pas non plus en assez bonne santé pour élever les abeilles d’hiver grasses qui vivent plus longtemps et dont la colonie a besoin. Ne présumez pas que votre colonie est en bonne santé, vérifiez-la.

 

Repeuplez la ruche si nécessaire

Si la reine buckfast ne pond pas un bon nombre de cadres de couvain important à la fin de l’été, il est peut-être temps d’envisager de la changer ou de repeupler la ruche.

Si vous avez deux colonies buckfast dont la population est très faible, envisagez de réunir les deux ruches en une seule. Elles auront de meilleures chances de survie en hiver.

En plus de nourrir correctement vos ruches à l’automne, vérifiez à l’intérieur les réserves de nourriture au milieu et à la fin de l’hiver.

Nourrir les abeilles en hiver est plus difficile. Mais c’est possible grâce au candi qui reste une nourriture d’urgence.

 

Comment puis-je savoir si ma ruche risque de mourir pendant l’hiver ?

Bien qu’il n’y ait aucune garantie, une bonne préparation à la fin de l’automne est un bon début. Vérifiez que la population d’abeilles est suffisante, que les réserves de nourriture sont abondantes et que la reine buckfast est en bonne santé.

Combien d’abeilles faut-il dans une ruche pour l’hiver ?

La génétique des abeilles et la santé de la colonie jouent un rôle dans la taille de la grappe nécessaire pour maintenir la colonie en vie pendant l’hiver. Le climat est également un facteur à prendre en compte, car il influe sur la baisse du thermomètre et la durée du froid. Chaque ruche est différente.

Ma ruche peut-elle mourir de faim même si elle contient du miel ?

Oui, une ruche peut mourir de faim même s’il reste du miel dans la ruche. Si la taille de la grappe (population de la colonie) est très petite, les abeilles peuvent ne pas être en mesure d’atteindre le miel stocké pendant les périodes de froid prolongées, ce qui entraîne une famine.

Comment puis-je éviter la condensation à l’intérieur de ma ruche pendant l’hiver ?

Un excès d’humidité peut s’accumuler à l’intérieur de la ruche si la ventilation n’est pas suffisante. Certains apiculteurs utilisent des fonds de ruche aérée qui en plus permettent de réduire le nombre de varroas.

Une colonie d’abeilles en bonne santé et disposant de réserves de nourriture suffisantes devrait pouvoir survivre d’une saison à l’autre. Mais ces dernières années, le pourcentage de colonies d’abeilles perdues au cours de l’hiver a augmenté. Nos colonies luttent pour faire face aux problèmes environnementaux, ainsi qu’aux nouveaux parasites et maladies des abeilles.

Les colonies qui sortent de l’hiver en bonne santé sont très appréciées. Ces abeilles ont souvent une génétique sélectionnée, ce sont les plus importantes dans la gestion d’un rucher à long terme.

 

Enable Notifications OK No thanks